• Manon CAMPAGNE

Le diabète de type 2 (non insulino-dépendant : insulinopénie + insulinorésistance)

Rôle Pancréas


Lorsque vous consommez un repas, et en particulier lors de l’ingestion de glucides, votre glycémie (taux de sucre dans le sang) s’élève, entraînant une sécrétion d’insuline par votre pancréas, ce qui permet de stocker le sucre dans les muscles et le foie. Lorsque le pancréas ne fonctionne pas comme il le devrait, la production d'insuline est réduite (insulinopénie). Le glucose reste dans le sang et va se déposer un peu partout.


Rôle néfastes des cellules graisseuses (adipocytes)


Les cellules graisseuses sont également des stockeuses d'énergie sous forme de graisses, un peu comme des "barres d'énergie" que le corps peut casser en petits morceaux de sucre en cas de besoin. Quand on est en surpoids (graisses abdominales), le stock d'énergie est en permanence plein.

Pour le signaler au corps, les adipocytes sécrètent une hormone (leptine) qui indique au foie et aux muscles que ce n'est pas nécessaire de stocker plus de sucre, on parle d'insulino-résistance.


Rôle de l'activité physique


70% des glucides alimentaires sont "brûlés" ou stockés dans les muscles qui, pour fonctionner utilisent soit du glucose, soit les graisses. Quand le muscle est entouré de graisse, il devient réfractaire à l'utilisation du glucose, lequel tend alors à s'accumuler dans le sang. Et lorsqu'un muscle ne travaille pas assez parce que le sujet est sédentaire, il se passe un phénomène identique : le glucose non utilisé monte dans le sang. Le pancréas est obligé de produire plus d'insuline. Pendant 10 ans, 20 ans, il y arrive puis il s'épuise et le taux sanguin de glucose augmente anormalement, induisant peu à peu une hyperglycémie.

Le diabète de type II est la conséquence de 10 à 20 ans d'insulinorésistance et il survient généralement après 50 ans. Les complications du diabète sont graves : atteinte de la rétine et cécité, atteinte du rein, altération des nerfs des jambes qui peut aboutir à l'amputation.


Attention au "light"


L'utilisation de sucre industriel (fructose sous forme de sirop de maïs) ou d'édulcorants (aspartame (E 951), saccharine (E 954)) entraîne probablement à long terme une résistance à l'insuline !!


Les édulcorants déclenchent une petite sécrétion d'insuline. La saveur sucrée envoie un signal au cerveau répercuté au pancréas qui sécrète de l'insuline. Celle-ci passe dans le sang et fait son travail : elle incite le glucose sanguin à être utilisé. Résultat : on peut ressentir une "petite faim" puisque la glycémie est abaissée, ce qui conduit au grignotage. L'emploi d'édulcorant de synthèse lors d'un régime amaigrissant n'est peut-être pas la meilleure chose qui soit.



6 vues0 commentaire